Bien prononcer
Compétences

5 conseils pour améliorer votre prononciation

Vous avez aimé? Faites-en profiter votre entourage!
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Quand il s’agit de langues étrangères, les français n’ont pas pour réputation d’exceller en prononciation. Alors j’entends déjà les cris, contestations et autres insurrections; inutile ce ne sont que des excuses!

Ce n’est pas facile, certes, mais une bonne prononciation (au moins pour sortir du cliché frenchie) c’est possible. Et croyez moi ça fera toute la différence au moment de communiquer avec d’autres personnes, natives ou non.

“Non mais ce sont des sons trop bizarres”

“Ma bouche ne sait pas prononcer ça, c’est pas possible”

“C’est impossible de parler comme ça si c’est pas la langue natale”

Ça vous semble familier? On a déjà tous entendu ça quelquepart.

Imaginez maintenant que vous soyez né ou ayez grandi dans le pays dont vous voulez apprendre la langue. Vous sauriez la parler sans problème non?

Bon ben voilà. CQFD, j’ai tout dit! Haha

La prononciation, ce n’est ni plus ni moins que le mouvement des muscles de la bouche et de la gorge. Par exemple, nous parlons français et certains de nos sons semblent impossibles à d’autres. Pourtant c’est juste une habitude.

Voici donc quelques conseils -testés et éprouvés- pour améliorer votre prononciation

1. Ecoutez aussi souvent que possible

Oui ça parait étrange, mais pour bien parler il faut aussi savoir écouter. Sinon comment sauriez vous que vous produisez des sons distincts? Comment évalueriez vous votre progression?

Vidéos, musiques, podcasts, chaînes d’informations, séries. Tout est bon pour habituer votre oreille à distinguer les sons. Un smartphone, un casque, et c’est parti!

Même si vous ne comprenez pas ce que ça raconte, c’est pas grave. D’ailleurs vous remarquerez à force d’écouter, que vous améliorez aussi votre compréhension.

C’est tout benef!

2. Répétez dès que possible.

Si vous utilisez une app, souvent les phrases sont prononcées. Ainsi, même si l’exercice n’est pas de répéter, répétez quand même.

Au début vous aurez sûrement l’impression d’avoir une patate dans la bouche, que votre langue fait un peu n’importe quoi et que les joues fatiguent vite. Vous serez aussi très certainement essoufflé.

Bonne nouvelle! C’est que vos muscles travaillent et apprennent.

Si vous essayiez l’escrime (ou tout autre sport) vous feriez face aux même difficultés. Vos muscles ne sont pas habitués à ces mouvements et c’est un super effort pour eux.

3. Observez, analysez et essayez

Les bébés qui apprennent à parler regardent plus souvent la bouche des adultes que leur yeux pendant qu’ils parlent. Et c’est encore plus flagrant s’ils sont dans les bras de l’adulte.

Ils vont faire des moues étranges et produire des sons… variables. Ils observent, analysent et essayent.

En suivant le même processus, et avec un peu de discipline pour pratiquer souvent, on peut faire de réels progrès.

Mon conseil: concentrez vous sur un son à la fois. Cette fois ci, pas question d’apprendre en spirale. Si on maîtrise un son, on va constamment l’utiliser et il sera rapidement assimilé.

Le ‘r’ roulé en espagnol et dans de nombreuses autres langues; le ‘th’ en anglais, hantise de tous les français ou presque mais qui fait une réelle différence, le ‘f’ en japonais. Chaque fois un défi à relever, mais rien d’impossible.

4. Commencez doucement

Allez y lentement, exagérez pour forcer le mouvement avant d’affiner. Personne ne vous regarde!

On m’a déjà fait la remarque que les français ont la bouche très fermée lorsqu’ils parlent. Les joues ne sont pas tellement sollicitées et effectivement ça peut poser problème pour certaines langues qui nécessitent plus de ‘grands mouvements’.

Lorsque j’ai décidé d’améliorer le fameux ‘th’ anglais, ça tombait super bien parce-que j’allais au travail en voiture. J’en avais pour plus d’une demi heure, soit autant de temps pour chanter à tue-tête, forcer le mouvement à chaque fois que ce son sortait, m’emmêler les pinceaux entre le ‘th’ et le simple ’s’, et finalement réussir l’exploit de bien prononcer tout ça.

J’avoue j’étais super fière, et vous le serez aussi!

5. Demandez conseil

Vous connaissez des natifs? Des gens qui ont l’air d’avoir une meilleure prononciation dans votre groupe de discussion?Demandez-leur conseil. Ils seront flattés de votre demande et très certainement ravis de vous aider.

Et si vous avez des doutes et personne sous la main pour vous aider, le site Forvo.com est un bon allié.

Pour revenir sur mon exemple du ‘th’ anglais, c’est une amie anglaise qui m’a expliqué comment faire. Allez, je vous donne l’astuce: Placer la langue franchement entre les dents, et bien exagérer. Pratiquer un max. Quand le cerveau associe enfin cette position avec le son, affiner en plaçant la langue un peu en retrait.

Par la suite j’ai bien vu que justement, dans les films et clips vidéo, quand les acteurs forcent le son (genre quand ils sont énervés) ils ont bien la langue entre les dents, on ne peut pas la rater!!

J’ai ainsi aussi découvert les nuances entre le s, le z et le c en espagnol. Encore une amie dont c’est la langue natale qui me l’a expliquée.

 

Vous l’aurez compris, ce n’est pas simple mais c’est réalisable. A vous de voir à quel point vous souhaitez pousser l’exercice. Ce qui est sûr c’est que vous ressentirez une nette amélioration des échanges avec les autres (natif ou non) et bien évidement une certaine fierté.

A vos commentaires!

Quels sons vous posent problème? Quels exercices avez vous essayé pour y remédier?


Vous avez aimé? Faites-en profiter votre entourage!
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.