Apprendre avec des livres
Méthode

5 astuces pour progresser avec des livres

Vous avez aimé? Faites-en profiter votre entourage!
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Vous aimez lire? Vous avez un livre favori, ou une histoire qui vous a marqué étant enfant? Génial! Cet article est fait pour vous! Je vous propose ici des astuces pour apprendre et progresser dans votre apprentissage grâce aux livres.

Ces quelques conseils sont applicables à la plupart des langues et sont parfaits quand vous êtes dans le pays dont vous souhaitez apprendre la langue. Ceci dit, ça marche en toutes situations, seulement, d’expérience, le choix est sérieusement restreint quand on n’a pas accès à une librairie dans la langue cible. On doit alors soit se contenter du rayon langues étrangères du coin, soit commander en ligne mais sans trop savoir si ça va nous plaire.

Pour votre source d’approvisionnement, je vous laisse voir car ça varie selon les langues. En attendant, place aux 5 conseils pour progresser dans votre apprentissage grâce aux livres.

1- Lisez des livres bilingues (textes parallèles)

Ce type de livre peut sembler déroutant au début. Il s’agit de livres avec une page dans la langue cible, et la page d’à côté en français. De cette façon, vous lisez uniquement dans la langue cible, et quand il y a quelque chose qui vous bloque, vous cherchez à côté ce que ça veut dire.

L’avantage c’est que vous pouvez facilement continuer dans votre lecture sans avoir à sortir un dictionnaire ou autre outils de traduction. Moins de distraction donc. Vous restez concentré sur l’histoire.

L’inconvénient c’est que ça demande plus de discipline. Difficile de ne pas être tenté de regarder souvent sur la page en français si on a bien tout compris à l’histoire (pourtant très souvent on a déjà bien assez compris, pas besoin de vérifier!). En soi, on se dit que ce n’est pas grave, mais ça va vous épuiser beaucoup plus. Votre tête va sans arrêt jongler entre le français et la langue cible. En plus, vous perdez le cloisonnement des langues. Il est en effet beaucoup plus facile d’apprendre et de progresser quand on se plonge dans une langue (dans l’idéal sans même essayer de la traduire mais en lisant une explication du mot nouveau). Ainsi, on évite les interférences, et notre petit cerveau fait bien la part des choses.

Essayez et voyez si ça vous convient. Ça demande de la discipline et de la régularité pour s’habituer à ce format de lecture.

2-Lisez des livres jeunesse (policiers, fantastiques etc)

Fini les Bibliothèques Rose, ou Vertes, les livres jeunesse ont fait peau neuve et proposent maintenant toutes sortes de genres. La star du livre jeunesse en anglais, c’est bien sûr Harry Potter. Mais quelle que soit la langue que vous étudiez et le genre littéraire qui vous plait, vous trouverez chaussure à votre pied dans les livres jeunesse.

L’énorme avantage, c’est que au lieu d’avoir le texte trop élaboré destiné à un public adulte, les phrases et le vocabulaire sont plus abordables et ce, tout en ayant quand même des histoires qui vous plaisent (parce que tout le monde n’a pas envie de lire des histoires d’apprentis-sorciers!)

Harry Potter
Set complet de Harry Potter. L’occasion de le découvrir dans sa langue d’origine?

C’est aussi un conseil qu’on m’avait donné au Japon, alors que j’en étais aux prémices du japonais. J’étais frustrée de ne pas pouvoir lire car il me manquait les Kanjis. On m’avait recommandé les livres pour enfants car ils sont tout en Kanas. Bon conseil mais pas aussi génial que les livres jeunesse. Pour n’avoir que des Kanas on est plus dans des livres petite enfance. Pas facile donc de trouver les histoires passionnantes, mais c’est un début!

3-Retrouvez votre livre préféré étant enfant, et lisez sa version dans la langue cible

Le Petit Prince est décliné dans plein, mais vraiment plein de langues! ne serait-ce qu’en le cherchant sur Amazon dans la section Livres anglais et étrangers, vous aurez déjà un bel aperçu des langues disponibles.

Bien sûr il y a des tas d’autres livres. Peut-être même que votre livre préféré étant jeune était lui-même déjà une traduction? Jetez un coup d’oeil aux contes des frères Grimm. Le choix est vaste! Vous adoriez tel manga? Cherchez sa version japonaise si c’est le japonais que vous apprenez. Vous l’aurez compris, il est maintenant assez facile de trouver un livre dans différentes langues.

Quel avantage? C’est très simple: vous connaissez déjà l’histoire. ici il n’est pas nécessaire de comprendre à partir de rien. Vous avez déjà une bonne idée de ce qui va se passer, il ne vous reste plus qu’à retrouver toutes les phases de l’histoire dans une autre langue.

4- Lisez des BD, comics et mangas

Je vous le disais déjà plus haut, si vous apprenez le Japonais, les mangas sont une bonne source de lecture. Mais pas que! Heureusement il y en a pour tous les goûts et toutes les langues! Les Aventures de Tintin ont été traduites dans plus de 100 langues!! C’est énorme!

Tout comme avec Harry Potter, vous avez peut-être lu des comics (Marvel et autres) en français, pourquoi ne pas les relire dans leur version original en anglais? Ou les chercher dans la langue que vous apprenez si ce n’est pas l’anglais. Sinon il y a toujours les BD locales, qui sont parfois présentées dans un style différent, ce qui ajout à la découverte culturelle.

Quoi qu’il en soit, quel que soit le titre que vous choisissez, les BD ont cet avantage qu’il y a des images et souvent peu de texte. C’est donc relativement facile de suivre ce qui se passe. Si vraiment quelque chose vous bloque vous pouvez chercher dans un dictionnaire, mais sinon vous devriez très souvent être capable de deviner le sens des mots nouveaux grâce au contexte.

5-Annotez vos livres

Pour tous les exemples ci-dessus (et de préférences pas avec de belles éditions!) le conseil ultime est d’annoter vos livres. Dans la marge, en bas de page, avec un stylo, un surligneur, notez, marquez entourez. Ce simple geste aide votre cerveau à réaliser que c’est important et que c’est quelque chose à retenir. Vous pouvez ensuite feuilleter votre livre et revenir rapidement sur des phrases ou des mots qui vous ont marqué.

Par contre (faites ce que je dis pas ce que je fais…) si comme moi ça vous fait mal au coeur d’écrire dans un livre, ayez un cahier à côté. Pour que ce système soit efficace, ne vous contentez pas d’y copier les nouveaux mots, comme une liste de vocabulaire. Ce cahier doit être vivant, comme l’aurait été votre livre. Plusieurs phrases, voire un paragraphe complet doivent être recopiés. Notez de quel livre ça vient et à quel page retrouver ce passage. Puis ajoutez-y des notes, des commentaires, des couleurs. Sinon ce sera probablement assez rébarbatif et indigeste.

 

Puis allez jeter un coup d’oeil à mes conseils pour apprendre du vocabulaire. Trouvez ce qui vous correspond et vous aurez la formule gagnante!

Vous l’aurez compris, pour apprendre et progresser avec des livres, pour qu’ils fassent vraiment partie de votre ‘immersion’, c’est à vous de trouver le format qui vous convient. Peut-être commencerez vous par des BD, puis ayant plus de vocabulaire et un meilleur niveau, vous passerez aux romans. ou peut-être que vous avez déjà une histoire ou un roman en tête et que vous allez tout de suite vous y mettre, sans passer par la case images.

Comme tout apprentissage, il existe des tas de façons de faire et des sources variées pour qu’apprendre une langue étrangère soit un plaisir.

Bon amusement! Bonne lecture!

Quel livre avez-vous choisi?  Des recommandations? Dites moi tout en commentaires…

 

 


Vous avez aimé? Faites-en profiter votre entourage!
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

20 Comments

  • Gilles (Japonais Naturel)

    En Japonais, je suis parti sur l’édition “Essays” de la série “Read Real Japanese” (il y a aussi une version “Fiction”).

    C’est un un recueil d’essais de 8 écrivains japonais, chaque essai faisant entre 3 et une dizaine de pages.

    Il y a un CD inclus qui contient la transcription audio en japonais des textes.

    C’est ma façon à moi de manger l’éléphant à la petite cuiller comme tu le dis Séverine !

    J’ai fini les 3 premiers essais et je continue sur ma lancée !

    C’est que du bonheur et la progression en terme d’expressions nouvelles et de vocabulaire est énorme !

    • Severine

      En termes de kanjis, est-ce que c’est fait par niveau? Je truc avec le japonais (mais pas que) c’est qu’on n’enrichit pas seulement notre vocabulaire avec des mots, mais avec des kanjis, ce qui est plus complexe. Puis vient le travail d’écriture… L’audio est parfait pour savoir comment se prononcent ces kanjis, j’imagine. Bon courage avec ton éléphant 😉

      • Gilles (Japonais Naturel)

        Dans le livre en question, ce sont les textes tels qu’ils ont été publiés par les auteurs avec en plus les furigana pour la lecture des mots (la première fois qu’ils apparaissent dans le texte).

        Donc le contenu n’a pas été modifié pour correspondre à un niveau précis.
        Par contre, l’auteur du livre à rechercher des textes pertinents pour l’étude du japonais.

        Tu as parfaitement raison, nouveau vocabulaire = plein de nouveaux kanji !

        Mais là, les kanji sont en contexte dans un mot, lui-même dans une phrase et elle-même dans un texte !

        Du coup, quand on a écouté le texte, qu’on l’a lu et compris, les mots inconnus se mémorisent plutôt facilement.

        Pour l’instant, j’ai laissé l’écriture de côté pour ne pas trop “charger la mule” mais quand la routine sera bien rodée, ça n’ajoutera qu’une dizaine de minutes à chaque session d’apprentissage.

  • Valentine

    Je trouve les BD particulièrement intéressantes car elles retranscrivent un langage oral et permettent en général de découvrir beaucoup d’expressions utiles au quotidien.

    • Severine

      C’est vrai mais ça peut aussi être déroutant. On prend une BD pour ne pas s’embêter avec trop de texte et avoir des images, mais ce qu’on y trouve ne correspond pas aux structures de phrases apprises (selon niveau). Un bon mix de roman et BD est probablement le meilleur moyen d’améliorer l’expression écrite, et orale.

  • Vie Quatresixquatre

    Dans toutes les médiathèques il y a un rayon en anglais et un en espagnol, pour commencer. Sinon les BD, c’est le top car il est facile de comparer les deux langues et surtout, elles sont souvent pleines de dialogues. Comme c’est la plupart du temps ce que l’on veut réussir à maîtriser, ça me va.

    • Severine

      C’est vrai que pour les langues étrangères “classiques”, les médiathèque sont une bonne source d’approvisionnement en livres et BD. Il ne faut juste pas mettre des plombes à les lire, pour les rendre dans les temps 😉 Et les BD sont effectivement parfois un bon moyen de pratiquer sans trop de texte, même si certaines ont parfois un vocabulaire ou des structures de phrases inhabituels, car identiques au langage parlé.

  • Pierre-Favre

    Habile ces conseils! Et c’est rigolo que tu parle de Tintin, en lisant le paragraphe précédent je me suis fais la réflexion “oui mais je ne lisais pas quand j’étais petit! je n’ai donc pas de “livre préféré!”. Et là, pan! Tu parle de Tintin! Je les ai lu et relu quand j’étais petit ceux là! D’ailleurs dès que je peux je m’offre la collection tellement il font partie de mon enfance.

    • Severine

      Alors si tu te mets aux Tintin dans d’autres langues, tu seras parfois surpris des libertés prises à la traduction. Apparement, sur certaines éditions en anglais (mais pas toutes) les villes sont remplacées par des villes d’Angleterre, du genre Saint-Malo devient Plymouth. Bonne lecture! C’est aussi toute mon enfance et les relire en tant qu’adulte en donne une toute autre perception. Exercice intéressant, même en français 🙂

  • Amélie de Conseils Productivité

    Je me souviens quand j’étais au lycée, je m’achetais des livres en anglais, des romans (Agatha Christie, Harry Potter par exemple). Je prenais la chose comme un jeu. Stabilo à la main, dictionnaire, je prenais 1000 ans pour lire un livre mais j’apprenais tellement de vocabulaire et de tournure de phrases 🙂

    • Severine

      Hahaha!! Alors toi tu es exactement dans les astuces! Stabilo et dictionnaire 🙂 Bravo! Par contre je me demande si tu arrivais à profiter de l’histoire malgré le temps passé à tout décortiquer. J’adore aussi les Agatha Christie. Mais ils m’ont donné une vision de l’Angleterre totalement en décalage avec la réalité…. quelle déception quand j’y ai vécu!!

  • Emy

    Bonjour Séverine,

    Effectivement, la lecture nous permet de progresser. Je suis totalement alignée avec ton article. J’ai moi même pris plaisir à lire les livres Harry Potter en langue officiel. J’avoue quand même que c’est notamment parce que les versions originales sortaient quelques mois plus tôt que les versions françaises. Ce que l’on peut voir parfois également pour les films ou les séries. Hélas je n’ai pas pris le temps de renouveler l’expérience depuis. Je n’ai jamais osé annoter un livre de peur de l’abîmer mais je trouve que cette astuce dans le cadre de l’apprentissage est parfaitement adaptée.

    Emy
    https://lesanimaginables.com

    • Severine

      Bonjour Emy, Pour annoter les livres, je conseille des versions poche, ça fait moins mal au coeur! Harry Potter est effectivement devenu un classique pour pratiquer l’anglais (d’ailleurs ça m’a fait super bizarre le jour ou j’ai entendu la prononciation de “Hermione” en anglais!)

  • Thomas

    Merci pour cet article! J’aime bien aussi lire dans une autre langue mais parfois je trouve les BDs un peu difficile car le langage est moins “scolaire”. Pour la lecture, j’adore aussi utiliser le kindle car on a accès aux traductions en un clic et c’est génial! Merci encore 😉 Et je suis tout à fait d’accord pour ne pas écrire sur les livres !

    • Severine

      Oui, pour les BDs, j’avoue ce n’est pas toujours simple. Surtout quand c’est une BD déjà dans la langue cible et parfois avec un style particulier. Pour ce qui est du Kindle, je confirme que c’est un super outil. Un article qui lui est dédié est en cours d’écriture 🙂

    • Severine

      C’est clair! Inutile de dire donc que je ressens vraiment mon échec du livre en espagnol! Pourtant j’en ai lu des tas depuis, et au moins aussi compliqués, mais je ne suis jamais revenue sur le premier… un jour peut-être.

      • Anne-Gaëlle

        Bonjour Séverine, tu écris toujours aussi bien 😊
        Le temps m’a manqué mais je te re-suis avec plaisir…

        Je suis tout à fait d’accord avec toi, perso je tente la lecture sans filets, avec le dictionnaire loin pour éviter d’y avoir recours trop facilement et pour ne pas perdre le fil de l’histoire… J’en ai finalement rarement besoin, pcq qd on aime ce qu’on lit, le cerveau se donne de bon cœur tout le mal nécessaire à la compréhension.

        Pour ce qui est des comics, je valide. Peanuts en version originale est tellement plus savoureux.

        Ensuite en version originale on découvre plein de sens cachés…que la traduction ne nous donne pas.

        Et je fais subir plein d’affronts à mes livres, j’aime me dire que quelque part je les rends plus vivants…

        D’ailleurs on est surement nombreux à se demander à quoi peut bien ressembler une page de ton carnet d’annotations 😉

        Et je termine en saluant l’image de l’éléphant à la petite cuillère. J’aime beaucoup

        C’est très bien ce que tu fais, continue !

  • Carine

    Bonjour !
    Je suis certaine que lire des livres en langue étrangère permet de progresser considérablement dans l’apprentissage d’une langue, mais je trouve l’exercice très difficile. J’aime lire pour m’évader, me détendre, mais dans ce cas, il faut un concentration intense pour comprendre le texte et cela me fait perdre tout le plaisir de la lecture 🙁
    Je suis incapable de lire un roman bilingue en entier ! Et encore moins s’il est dans son intégralité en langue étrangère. Pourtant, ce que tu proposes est un exercice accessible à tous. Il doit même y avoir des livres bilingues en bibliothèque… Il faudrait que je m’y mette, ça ferait pas de mal à mon anglais !

    • Severine

      C’est vrai que l’exercice fait un peu perdre la notion de s’évader par la lecture. D’où l’importance de ne pas viser trop haut et commencer avec des lectures relativement simple. Et aussi pourquoi pas, de choisir un livre dont on connait déjà l’histoire. C’est intéressant de faire ça car on se fait toute une histoire avec des images quand on lit un livre, mais lire ce même livre dans une autre langue change parfois la perception et l’imagination.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.